Enfin du nouveau pour les Bas Heurts !

Publié le par ADIHBH-V

LA ZAC DES BAS-HEURTS


VIENT D’ÉCLORE…
_____

 

Enfin du nouveau pour les Bas Heurts !

Lors de la séance du Conseil municipal du 19 octobre écoulé, la ZAC des Bas-Heurts a été approuvée. Préalablement, la méthodologie originale poursuivie par la Municipalité a consisté à organiser trois ateliers thématiques et une réunion publique (les 21 janvier, 23 janvier et 1er février 2017. Une réunion de clôture le 19 avril 2017), réunissant l’ADIHBH-V, des habitants, des élus, les Services de la Commune, les représentants de l’Aménageur SOCAREN, de l’Agence d’Urbanisme ASPHALT en charge de la concertation et de l’Agence DEVILLERS & ASSOCIES urbaniste du projet Bas-Heurts.

L’Étude d’impact a fait l’objet d’une mise à disposition du public du 04 au 18 septembre 2017.

Compte tenu des ambitions de la Commune en termes de qualité de réalisation des espaces et des équipements publics, la ZAC ( Zone d’Aménagement Concerté) est retenue comme mode opératoire pour l’aménagement du quartier des Bas-Heurts et le dossier de création de cette ZAC est approuvé. Le périmètre de la ZAC couvre une superficie d’environ 11,5 ha et le programme global prévisionnel des constructions prévoit :
-    de 42.000 m² à 54.000 m² de surface de plancher de logements, soit de 700 à 900 logements environ dont 30% maximum de logements sociaux,
-    5.000 m² d’activités, de commerces et d’équipements de proximité.

La réalisation de ce programme s’accompagnera de celle de l’ensemble des infrastructures et réseaux nécessaires à la viabilisation du quartier, ainsi que de l’aménagement d’une promenade des jardins.

La SPL SOCAREN est désignée en qualité d’aménageur de l’opération et le traité de concession correspondant est approuvé pour une durée prévisionnelle de 8 ans.

Pour télécharger et consulter le dossier de la ZAC
des Bas-Heurts, cliquer
ici (complet) ou sur les liens ci-dessous :

BAS HEURTS dossier de création de ZAC

Bilan de la mise à disposition de l'étude d'impact

Bilan de la concertation


Présentation de Brigitte MARSIGNY - Maire.


Commentaire de Yann MILLERIOUX - Noisy solidaire à Gauche vraiment


Commentaire de Serge EPINARD – MRC


Commentaire d‘Emmanuel CONSTANT – PS

 

Précisions de l’ADIHBH-V

Contrairement aux propos en séance de l’ancien Adjoint au Maire à l’Urbanisme, sous le règne de Michel PAJON, et aux commentaires erronés sur facebook suite à l’article du PARISIEN 93, l’ADIHBH-V tient à préciser que les projets urbains de Michel PAJON pour l’ancien, et de Brigitte MARSIGNY pour le nouveau, sont fondamentalement différents. Et pour cause ! Nous passons de 1800 à 800 logements, c'est-à-dire des hauteurs initiales de R+10 (voir photo ci-dessous) à aujourd’hui des hauteurs R+4 + attique.
De plus, avec :

-    une limitation du périmètre d’aménagement au seul foncier maîtrisé ou maîtrisable à l’amiable,

-    un développement d’un quartier résidentiel tenant compte des quartiers pavillonnaires environnants (c’est la zone de courtoisie), des habitations préservées sur le secteur et créant une identité harmonieuse alliant l’histoire du quartier et l’accueil des nouveaux habitants,


La question est simple, erreur, mensonge ou intox ?

 

Enfin du nouveau pour les Bas Heurts !

Publié dans ZAC des Bas Heurts

Commenter cet article

ADIHBH-V 13/11/2017 17:28

Réponse de Brigitte MARSIGNY à l'intervention de Yann MILLERIOUX-Noisy solidaire à Gauche vraiment:

C’est en cours d’étude pour les écoles.

On ne s’interdit pas des acquisitions amiables, pas d’expropriation, ni de préemption.
Concernant les collèges, le vice-président du conseil départemental M. Constant indique que le plan Ambition Collèges 2020 prévoit des constructions en Seine-Saint-Denis jusqu’en 2020. Si nécessaire, le département prendra ses responsabilités à Noisy.

Si nécessaire ? Comme si la nécessité ne se voyait pas dès maintenant ? Après avoir participé à la gestion précédente qui nous amène à la situation présente : laissé construire des nouveaux immeubles de logements à tire-larigot, sans construire les équipements publics nécessaires, dont les écoles, M. Constant voudrait nous faire croire qu’il n’y aurait pas de nécessité dans les collèges ? Mais les élèves des écoles qui sont pleines actuellement, où seront-ils dans 2 à 4 ans ? Au collège ! Donc on peut raisonnablement penser qu’en 2020, les collèges seront également débordés.