Grand Paris. Quatre scénarios possible.

Publié le par ADIHBH-V

QUATRE SCENARIOS OFFICIELS

POUR LES CONSEILS

DE TERRITOIRE

DE LA FUTURE METROPOLE

DU GRAND PARIS

 

 

Grand Paris. Quatre scénarios possible.

13 « petits » territoires dont un Grand Orly à moins de 270 000 habitants,

8 « grands » territoires dont une immense grande boucle Hauts-de-Seine autour de la Défense qui dépasserait le million d’habitants, ou encore deux autres formats intermédiaires.
La préfecture de Paris vient de mettre à disposition quatre hypothèses de travail sur lesquelles plancher au grand jour en vue de définir les futurs Conseils de territoire qui organiseront la gouvernance de la Métropole du Grand Paris prévue pour exister dès le premier janvier 2016. Les voici détaillées ci-dessous.
« Les élus ont été invités à faire part de leurs remarques dans les 15 jours. Leurs réponses seront examinées par le groupe d’élus désigné à cet effet. Le préfet de Région saisira alors le gouvernement des différentes options », indique la Préfecture de Région.

Hypothèse A : 13 « petits » territoires. 

Dans cette hypothèse, le Grand Orly existe en tant que tel, Seine Amont est marié au Val-de-Bièvre, l’ACTEP existe en tant que telle, moins Neuilly-sur-Marne et sans élargissement à Noisy-le-Grand ni à Maisons-Alfort. Plaine Centrale est marié à Haut Val-de-Marne et au Plateau briard, avec en plus Maisons-Alfort, Bonneuil-sur-Marne, Valenton. Villeneuve-Saint-Georges rejoint en revanche le Grand Orly.
Dans ce cas de figure, le plus petit territoire est le Grand Orly (267 396 habitants) et le plus gros La Défense (568 016 habitants), sans compter bien sûr la ville territoire de Paris qui pèse à elle seule 2 274 880 habitants.

 

Grand Paris. Quatre scénarios possible.
Grand Paris. Quatre scénarios possible.

 

Hypothèse B : 8 « grands » territoires.  


Dans cette hypothèse, le Val-de-Bièvre est marié avec Seine-Amont et le Grand Orly. Le territoire central entre Marne et Seine ne change pas, l’ACTEP retrouve Neuilly-sur-Marne et est élargie à Noisy-le-Grand et Gournay.
Dans cette proposition, le plus petit territoire est celui d’entre Marne et Seine (447 0071 habitants) et le plus grand est la boucle Hauts-de-Seine qui comprend la puissante La Défense, avec 1 000 966 habitants et 100 conseillers territoriaux.

 

Grand Paris. Quatre scénarios possible.
Grand Paris. Quatre scénarios possible.

Les deux propositions intermédiaires 
Hypothèse C : 12 territoires
 

Dans cette hypothèse, le Val-de-Bièvre est marié au Grand Orly, Seine-Amont est mariée à Plaine centrale, Haut Val-de-Marne et Plateau briard, qui devient le plus gros territoire de la métropole (hors Paris) avec 667 578 habitants, et l’ACTEP reste identique à l’hypothèse B (avec Noisy-le-Grand). Le plus petit territoire de la métropole est le Grand Est (268 311 habitants) et le plus gros est Marne et Seine (667 578 habitants).

Grand Paris. Quatre scénarios possible.
Grand Paris. Quatre scénarios possible.

Hypothèse D : 12 territoires 

Cette deuxième variante reprend l’hypothèse B des grands territoires concernant le mariage entre le Val-de-Bièvre, l’hypothèse C d’un grand territoire central et rétréci. En revanche l’ACTEP (373 589 habitants) à un petit territoire amputé de la partie Seine-Saint-Denis.

 

 

Grand Paris. Quatre scénarios possible.
Grand Paris. Quatre scénarios possible.

Contribution bibliographique :
-    http://www.associationgrandparis.fr, le 21/05/2015
-    http://www.echoidf.fr, le 21/05/2015

 

Publié dans Lettre de l'ADIHBH-V

Commenter cet article

ADIHBH-V 31/05/2015 20:52

Lu sur le site : http://www.94.Citoyens.com , le 22 mai 2015, Cécile DUBOIS : Christian Favier souhaite des territoires dans les frontières départementales
Dans le jeu de puzzle de péri-métrage des futurs territoires de la métropole du Grand Paris, l’une des questions qui se posent est leur rapport aux frontières départementales. Dans les hypothèses dévoilées mardi, plusieurs prévoient des territoires à cheval sur deux départements.
Trois hypothèses prévoient par exemple un territoire de l’Actep à cheval entre Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis tandis que le Grand Orly pourrait descendre jusqu’en Essonne. Interrogé sur sa position par rapport aux hypothèses présentées par le préfet de Région, Christian Favier, président du Conseil départemental du Val-de-Marne et sénateur PCF, indique, tout en précisant qu’il s’agit de sa position personnelle et non celle du Conseil départemental, être favorable à des territoires qui restent dans les frontières des départements, « afin de préserver l’identité départementale. » Une position sur laquelle le président du département indique être en phase avec ses homologues de Seine-Saint-Denis et Hauts-de-Seine.
« Je souhaite des territoires qui permettent une mutualisation des richesses et une meilleure solidarité territoriale. Je suis donc aussi favorable ce que les communes du pôle d’Orly soient rattachées à Seine-Amont et Val-de-Bièvre, sans les communes de l’Essonne », précise l’élu.